Grand froid pour les uns, pas encore assez pour les Roms ?

Les premiers jours du grand froid au campement des Roms

Lille a atteint le niveau 3 du plan hivernal le mardi 30 novembre dernier. Insuffisant pourtant pour mettre tous les nécessiteux dans le même panier. Des Roms devraient encore attendre. Au lancement du dispositif hivernal d’hébergement, pas des places disponibles pour les héberger. Avec les moyens du bord, ils sont obligés de lutter contre le froid dans leurs caravanes. Visite guidée dans la cabane de Telas à Villeneuve d’Ascq.

Pas de place au chaud pour les Roms

La fumée de la cheminée pollue l'air dans la cabane et provoque notamment la toux auprès des enfants

Les Roms ne se font pas d’illusions. Ils ne seront pas prioritaires. A côté de l’Ecole de l’architecture et de paysage à Villeneuve d’Ascq, chaque résidant du campement se débrouille pour réchauffer sa caravane. Des cheminées montées avec les moyens du bord laissent échapper des fumées noires au dessus du toit.

A l’intérieur, le feu est alimenté par de petits morceaux de bois. Le froid s’éclipse. Il fait chaud mais l’air est pollué par la fumée. Cherchant à se mettre à l’abri du froid, ils s’exposent à d’autres problèmes de santé.

Telas, 24 ans, mère de quatre enfants, m’accueille dans sa cabane. Elle y a installé le même dispositif. Dans un français approximatif, elle me raconte qu’elle n’a pas d’autres choix pour lutter contre le froid. « Pas de gaz, pas de chauffage, comment faire … ».

[youtube YIpORn3KBPo&hl]

Mais, ce sont des enfants qui payent, les premiers, le lourd tribut. La toux frappe déjà deux d’entr’eux.

L’extrême froid s’installe

Le froid enferme aussi les Roms dans leurs cabanes

Pour rappel, Jean-Michel Bérard, le préfet du Nord, a déclenché le niveau 3 du plan grand froid le mardi 30 novembre dernier. Des températures en dessous de la barre de – 7 °c attendues avaient motivé cette décision.

Stéphane Covert, responsable adjoint au service de la protection civile de la préfecture du Nord, a rappelé que ce niveau 3 visait:

à renforcer les capacités d’accueil, d’hébergement et d’insertion ; à poursuivre la mise en œuvre d’un plan renforcé pour les sans abri et renforcer la veille sociale ».

Nous sommes en France. Les hommes habitent ici en hiver.

Officiellement donc, près de 380 places d’hébergement devront être mises à disposition, même si « à ce jour, 86 % de ces places sont occupées ».

Pas encore assez pour les Roms

Pour l’instant, nous n’avons pas les moyens suffisants pour accueillir les familles roms. Il faudrait attendre peut-être le niveau 3 du plan. Nous n’avons pas reçu d’indications contraires. Nous appliquons encore le niveau 2 », m’a expliqué au téléphone, début décembre, Jérôme Rybnsky de la CMAO/Lille (coordination-mobile-accueil-orientation), fer de lance de la mise en œuvre du plan grand froid.

Il a fallu attendre près de deux semaines pour rectifier les tirs. «  On peut dire qu’il y avait une forme de discrimination dans cette mise en sécurité hivernale » vient de reconnaître le préfet du Nord.  Les Roms devront avoir aussi des places d’hébergement d’urgence en cas de grand froid. Deux gymnases ont été ouverts la semaine dernière dans la métropole lilloise à Haubourdin et Lambersart. Encore faut-il que les Roms aussi accepter de quitter leurs caravanes…

The following two tabs change content below.

Une réflexion au sujet de « Grand froid pour les uns, pas encore assez pour les Roms ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *